Exposition "Lettres ouvertes, de la calligraphie au street art" à Paris

L'Institut des Cultures d'Islam présente jusqu'au 25 février 2018 une exposition sur la calligraphie dans les arts actuels. A Paris, dans le quartier de la Goutte d'Or en pleine transformation, elle fait dialoguer les oeuvres de grands maîtres avec celles d'artistes émergents. Et fait bouger les lignes...

Dès le hall d'entrée de l'Institut des Cultures d'Islam, on est saisi par les peintures et sculptures monumentales empruntant les courbes de la calligraphie arabe.

Au coeur du quartier cosmopolite de la Goutte d'Or à Paris, l'exposition Lettres ouvertes, de la calligraphie au street art invite à explorer les déclinaisons artistiques de la calligraphie. Art sacré à l'origine, elle infuse aujourd'hui jusqu'au street art.

L'Institut des Cultures d'Islam rappelle en effet que la calligraphie est apparue au VIIe pour fixer le texte du Coran, alors transmis oralement. Elle répond alors à des règles strictes que les artistes contemporains n'hésitent pas à transgresser. Les oeuvres s'affranchissent du contenu religieux, des traditions ancestrales, parfois même du sens des lettres, et s'exposent jusque sur les murs des villes.

Courbes et volutes poétiques

On prendra le temps de visiter l'antenne de la rue Léon, à quelques pas du site principal de la rue Stephenson, pour admirer l'immense fresque bleue et or de Tarek Benaoum, street artiste et calligraphe. D'autres oeuvres de ce type sont d'ailleurs attendues sur les murs alentours au fil des saisons.

C'est aussi l'occasion de terminer la visite par un thé à la menthe ou un jus de bissap dans le salon de thé, ou dans le chaleureux patio aux beaux jours. Une façon de clôturer en beauté la rencontre avec les courbes et volutes poétiques des nombreux artistes qui exposent dans le cadre de Lettres ouvertes, de la calligraphie au street art : Ammar Abo Bakr, Etel Adnan, Mustapha Akrim, L’Atlas, Fayçal Baghriche, Khaled Ben Slimane, Mounir Fatmi, Parastou Forouhar, Heather Hansen, Rachid Koraïchi, Nja Mahdaoui, Hassan Massoudy, Mari Minato, Bahman Panahi, Sara Ouhaddou, Hossein Valamanesh et Bernar Venet...

Face au succès, l'exposition est prolongée jusqu'au 25 février 2018.

Se rendre à l'Institut des Cultures d'Islam à Paris