On se ressource dans les Hauts-de-France

Ici, la gentillesse pousse comme le cresson de fontaine, et la résilience s’enracine avec la force de la chicorée. Gris-bleus opalescents de la mer, forêts mystiques, édifices royaux, se prêtent aux escapades revigorantes. Hérissé de totems, beffrois, terrils et cathédrales, le plat pays fait rimer humour et amour.

Fraterniser avec un arbre

Frêles bouleaux, jeunes pins, hêtres flamboyants : depuis 20 ans, Christian Decamme accompagne pour des bains de forêt sous les fûtaies de Compiègne. Ni l’if de 850 ans ni le plus vieux chêne forestier de France, celui de Saint Jean aux Bois, ne sont au programme : tout arbre est remarquable aux yeux de ce pionnier de la sylvothérapie. On progresse en silence, lentement, les pieds sur la mousse, attentif à la canopée qui divague là-haut, aux silences habités par les craquements des branches, les crissements des insectes. Petit à petit, le lâcher-prise s’impose jusqu’à ce que l’on ose, oui poser sa paume, oui appuyer son front sur l’écorce. Derrière, la sève palpite. Comme c’est calme et accueillant, un arbre. Grâce à la sylvothérapie, faire des câlins aux arbres n’est plus réservé aux chevreuils et aux enfants.

Page Facebook de Christian Decamme (Lien externe)

Danser avec les vagues de la mer du Nord

Haut les cœurs ! La houle s’affale avec régularité sur la longue grêve grise de Malo-les-Bains. On enfile l’épaisse combinaison, on glisse un chausson dans la mer du Nord, on laisse l’eau fraîche se glisser jusqu’au buste. Essayer le longe-côtes à Dunkerque, son lieu de naissance, est un plaisir supplémentaire. Avec des sourires de dauphins et l’œil affûté d’une mouette, les encadrants du club Opale Longe Côte rassurent les novices et les aident à marcher le long du rivage. Une heure à sculpter ses abdos, à se gorger d’embruns, à regarder à quelques mètres les goëlands frôler l’écume, et à recharger l’organisme en sels minéraux. Pas de douche, malheureux !

Opale Longe Côte (Lien externe)

Botaniser au-dessus des cités minières

Les 51 terrils, classés au Patrimoine de l’Unesco, qui émergent du plat pays sont des jardins suspendus. Démonstration avec les deux pyramides surplombant la base du 11-19 et l’ancien carreau de fosse de Loos-en-Gohelle. Leurs pentes couleur de suie s’avèrent, à la grimpette, criblées par les fleurs jaunes des pavots cornus, les fruits rouges des églantiers, les feuilles vertes des senneçons. Jusqu’à 300 espèces floristiques poussent sur les anciens sédiments extraits à près de mille mètres de profondeur. Et comme leurs teintes sombres attirent la chaleur, on y observe même les lézards les plus nordiques de l’hexagone. Du sommet, à 186 m de haut, la vue embrasse le stade de Lens, les monts de Flandre et le chevalet métallique de l’ancienne cité minière.

Monter au sommet d'un terril (Lien externe)

Nager sous la chapelle d’un hôpital royal

Depuis 1767, l’Hôpital Général de la Charité élève ses murs en pierre bleue du Hainaut au cœur de la belle ville, toute en briques, de Valenciennes. Sept ans de rénovation l’ont transformé en hôtel d’exception, nanti d’une véranda monumentale et de 79 chambres et suites logées sous des plafonds de six mètres de haut. La chapelle est la plus grande, dans un hôpital, en France. Le joyau des lieux se cache sous l’autel : un bassin de nage de 22 mètres sur 10 rythmé par huit colonnes.

Le Royal Hainaut Spa & Resort Hotel (Lien externe)

Ecouter parler les chefs d’œuvre à Lille et à Roubaix

Les sens autant que la connaissance se réjouissent de visiter les 90 musées de France du territoire. A Roubaix, la Piscine inonde ses visiteurs de parfums (le 3e dimanche de chaque mois). Des cours de pilates, certains soirs, se déroulent devant les Muses de Bourdelle : un gainage en beauté. Dès l’accueil, le Palais des Beaux-Arts de Lille diffuse en gros plan des détails de ses œuvres remarquables. Scrutés à la loupe, le Parlement de Londres et le Festin d’Hérode révèlent la délicatesse du pinceau de Monet et du ciseau de Donatello. Fascinant ! Jusqu’en janvier prochain, dans le cadre de l’Open Museum, des pupitres permettent la contemplation au musique de certaines œuvres. Sans interdits. Ainsi le Carmen de Bizet réveille avec vigueur le Sommeil de Puvis de Chavannes, et les 4 saisons de Tchaikovski les fameux plans-reliefs…

Palais des Beaux-Arts de Lille (Lien externe)

S’offrir un brunch vegan à Lille

Pas de carte dans ce minuscule salon de thé de la rue d’Angleterre, qui cache un cœur vert derrière sa façade noire. Chez Oxalis et Bergamote, cheese-cake aux speculoos sans gluten, ou velouté de potimarron s’accompagnent de laits végétaux et de thés à l’eau de source préparés dans le respect des feuilles et des racines. Reconnu par les Sublimeurs (Lien externe) , un réseau de gourmets locavores, ce brunch équilibré s’avère aussi vertueux que délicieux.

Oxalis et Bergamote (Lien externe)

Éveiller ses sens en baie de Somme

Avec le guide nature Maxim Marzi, Caroline Dassonville invite à "souffler en baie". Sur un territoire immense, l’estran joignant les côtes d’Opale et d’Albatre que les marées renouvellent en permanence. La sophrologue aime donner rendez-vous pointe du Hourdel, le matin, lorsque la lune se devine encore dans le ciel. Petit à petit, les eaux s’infiltrent dans les vasières, réhydratent les salicornes, transforment en miroirs les sables. Au loin, quelques formes sombres: des phoques ? Elle invite à poser ses pieds dans l’eau pour sentir la force de la bascule, l’attraction de la lune et du soleil. Face aux toits du Crotoy, les oiseaux chantent à tue-tête. Bonjour, la baie de Somme !

Sophrologie avec Caroline Dassonville (Lien externe)
Sorties dans la baie de Somme avec Maxim Marzi (Lien externe)

Se rendre dans les Hauts-de-France