On part en villégiature au Grand Hôtel Barrière Dinard

Pour ses 160 ans, le Grand Hôtel Dinard s’est offert un spa et une cure de jouvence. Entièrement rénové au terme de cinq mois de travaux, le tout premier hôtel de cette station chic de la côte d’Émeraude, en Bretagne, a revisité son histoire, parsemant son nouveau décor de références aux voyageurs illustres, têtes couronnées, écrivains, peintres ou acteurs de cinéma qui ont contribué à façonner son mythe.

Agatha Christie a appris à nager sur la plage de l’Écluse, l’aviateur Roland Garros y a tenu ses premiers meetings aériens et, bien avant eux, les frères Lumière avaient expérimenté le tirage photo couleur dans la grotte de La Goule aux Fées transformée pour l’occasion en chambre noire ! C’est dire l’aura dont bénéficiait Dinard à la Belle Époque.

Le premier hôtel de Dinard

Lancée au milieu du XIXe siècle par les Britanniques qui appréciaient la douceur de son climat et son cadre enchanteur face à la cité corsaire de Saint-Malo, la station de la côte d’Émeraude devient très vite le rendez-vous du Gotha européen. Pour loger tout ce beau monde, des villas à l’architecture souvent fantaisiste fleurissent dans les moindres replis de la côte. Parmi elles, une demeure va bientôt devenir le centre de la vie mondaine : premier hôtel de la station en 1858, le Grand Hôtel de Dinard ne cessera jamais d’en être le fleuron.

Difficile de choisir décor plus iconique. Face aux fenêtres, une baie grandiose ponctuée par la ceinture de remparts de Saint-Malo s’étale en guise de panorama. Et à deux pas, les tentes rayées de bleu et blanc de la plage de l’Écluse évoquent la vogue des premiers bains de mer, quand les chevaux tractaient les cabines de bois des dames de la bonne société jusqu’au rivage. Une période faste que fait revivre une rénovation élégante signée Alexandre Danan inspirée tout à la fois par les racines bretonnes et l’esprit d’une époque où villégiature rimait parfois avec aventure.

La côte d’Émeraude comme inspiration

Les bleus s’échappent des profondeurs de l’océan, les verts intenses plongent leurs racines dans la forêt de Brocéliande tandis que les tons sablés tissent une mystérieuse harmonie avec les longues plages de la côte d’Émeraude. Dès l’entrée, le lobby invite à une navigation au long cours : bois précieux laqués du desk en hommage aux coques des bateaux, tapis aux couleurs changeantes comme l’océan, le Grand Hôtel Barrière Dinard se fait tour à tour yacht ou ponton fendant les flots.

Dans les 86 chambres et suites, on pose ses valises en songeant aux voyageurs des temps passés : dans cet univers sobre et feutré, la décoration multiplie les clins d’œil, tables de chevets sur trépieds en hommage au mobilier de voyage des grandes expéditions ou livres d’écrivains avides d’exotisme… Pour un peu on s’imaginerait apercevoir Churchill jouer avec son chapeau sur la plage, en tons sépias ou noir et blanc comme dans ces vieilles photos qui ponctuent les murs ici et là.

Avec Kirk Douglas au bar

Au 333 Café, c’est une autre légende qui s’affiche dans les cadres ornant les murs rayés de bleu et blanc. En 1957, l’acteur américain Kirk Douglas séjourna un mois au Grand Hôtel alors qu’il tournait le film Les Vikings dans la région. D’où le nom du lieu tiré de son cocktail préféré, le 333. La recette ? Un tiers de gin, un tiers de Cointreau et un tiers de jus d’orange, le tout mixé au Champagne.

Avec ses larges baies vitrées et ses photos de voiliers, le restaurant George V, dans sa nouvelle livrée épurée, invite à un périple culinaire autour du globe entre saveurs du monde, mets à partager, cuisine de l’essentiel et spécialités revisitées.

L’air marin appelle à de nouveaux horizons ? On file en char à voile pour sillonner les grèves à marée basse ou l’on arpente à vélo les ruelles de Dinard à la recherche des villas classées avant d’embarquer pour une partie de cabotage dans les îles, entre sable blanc et eaux turquoise.

Piscine couverte et solarium

Mais pour l’eau à température tropicale (28°), cap sur l’écrin nacré du tout nouveau spa Diane Barrière et sa belle piscine couverte ! Aux beaux jours, la grande terrasse solarium se dévoile pour un voluptueux arrêt sur image : on se gorge de soleil et d’embruns en contemplant le ballet des voiles filant vers le large, immuable carte postale d’un temps perdu que l’on aurait enfin retrouvé.

Se rendre au Grand Hôtel Barrière Dinard, en Bretagne