Que faire ?

Visitez
la France 

Tournée des sites culturels d’exception ou randonnées aux sommets. En amoureux sur la route des vins ou en croisière avec les enfants… Quel voyage en France ferez-vous cette fois-ci ?

Connaissez-vous (vraiment) les spécialités bordelaises ?

Les asperges de Blaye sont réputées pour leur petit goût légèrement sucré.
Qui dit Bordeaux, dit vin. Mais c’est vite oublier que la capitale girondine et ses alentours possèdent d’autres atouts gourmands. Côté terroir, les légumes et la charcuterie sont à l’honneur. On y trouve aussi un caviar parmi les meilleurs du monde. Et pour les amateurs de friandises, la région réserve quelques douceurs irrésistibles !
Un caviar d’exception

Situé au Teich, au sud du Bassin d’Arcachon, l’Esturgeonnière produit depuis 25 ans l’un des meilleurs caviars d’Aquitaine. Nommé Perlita, il provient des œufs de l’Acipenser Baeri, l’esturgeon sibérien, qui s’est si bien adapté au terroir français. Produit en totalité sur le site de l’Esturgeonnière, ce caviar présentant de jolis grains variant du gris au marron clair, particulièrement savoureux et faiblement salé, fournit de grands restaurants et des épiceries fines en France et à l’étranger. Il est possible de visiter la ferme piscicole et de faire une dégustation sur rendez-vous.

Caviar Perlita (Lien externe)

Des grattons succulents

Drôle de nom pour ce pâté bien particulier ! Le gratton est une préparation très ancienne dont la petite ville de Lormont, située à proximité de Bordeaux sur la rive droite de la Garonne, revendique la paternité. Composé de jambon frais, d’épaule de porc épicée, le gratton est cuit longuement. Puis on gratte (d’où le nom) le fond de la marmite pour récupérer les morceaux de viande, moulés ensuite dans une terrine. Il se déguste bien frais, en entrée, ou peut se transformer en plat principal. On en trouve un peu partout dans les charcuteries bordelaises.

La reine des asperges

On connaît Blaye pour ses vins, on ignore souvent que la région produit de délicieuses asperges. Blanches ou violettes, elles sont réputées pour leur petit goût légèrement sucré et se dégustent de la pointe au talon. Dans le Blayais, la culture de l’asperge remonte au XVème siècle. La légende raconte que le marquis de Vauban, maître d’ouvrage de la citadelle de Blaye, rapporta ce légume à la cour de Louis XIV. Produite dans de petites exploitations familiales autour de la ville, à proximité de l’estuaire de la Gironde, l’asperge du Blayais se récolte dès fin février jusqu’à la fin du mois de mai.

Le vrai macaron de Saint-Émilion

En 1620, les Ursulines s’installent à Saint-Émilion comme de nombreux ordres religieux. La légende veut que l’une des sœurs, une certaine mademoiselle Boutin, possédait une recette de macarons, fabriqués uniquement à partir de produits frais, particulièrement savoureuse. Elle l’aurait dévoilée à quelques initiés qui se la transmettent de génération en génération. Aujourd’hui, la fabrique et la boutique des “véritables macarons“ de Saint-Émilion se trouve à côté du bureau de poste. Les lieux, qui embaument l’amande, semblent être restés figés dans les années 50. Un vrai voyage gourmand et vintage !

Les véritables macarons de Saint-Émilion (Lien externe)

Le canelé star

C’est le symbole de Bordeaux ! Les canelés sont liés à l’histoire viticole de la région car les blancs d’œufs étaient autrefois utilisés dans le processus de vinification. On raconte que les vignerons donnaient les jaunes à des bordelaises qui auraient inventé ce petit gâteau. Croustillant à l’extérieur et fondant à l’intérieur, le canelé a un délicieux parfum de vanille et semble être aromatisé au rhum (mais dans la vraie recette, il n’y a pas d’alcool). À Bordeaux et dans sa région, les canelés sont partout mais tous ne se valent pas. La pâtisserie Baillardran, qui possède 20 boutiques en Gironde dont 12 à Bordeaux, est une valeur sûre, qui décline joliment le canelé traditionnel avec des saveurs de vanille et de chocolat.

Baillardran (Lien externe)

Se rendre à Bordeaux 

Aller
plus loin