Noël, une histoire de savoir-faire...

Décoration en bois, boule en verre soufflé, couronne de sapins, pain d’épices… Derrière les traditions de Noël se cachent des savoir-faire, pour certains ancestraux et que certains artisans n’hésitent pas à twister. Plongée au cœur de ces savoir-faire qui façonnent la magie de Noël.

Souffler les boules du sapin

Saviez-vous que la boule de Noël est née dans le Massif des Vosges ? C’est en tout cas ce que raconte la légende qui veut que durant l’hiver 1858, un souffleur de verre de Goetzenbruck eut l’idée de souffler quelques boules de verre pour décorer le sapin à la place des fruits qui faisaient défaut. Depuis, on perpétue ce savoir-faire au Centre international d’art verrier de Meisenthal. Chaque année, une collection est créée en collaboration avec un artiste. Après "Arti" en 2018 et "Lab" en 2019, on embarque cette année à bord de la capsule d’exploration intra-terrestre Magma, conçue par le duo formé d’Emma Pflieger et Antoine Foeglé.

Centre International d'art verrier de Meisenthal (Lien externe)

Travailler le bois

Après la boule en verre soufflé de Meisenthal, on continue la décoration du sapin avec des sujets en bois fabriqués artisanalement. Chez Miwitipee, on ponce, on coupe, on colle. Résultat, une collection de Noël en bois qui dépoussière le genre : suspensions pour sapin graphiques, flocons travaillés comme de la dentelle mais également animaux décoratifs en bois à assembler, paysage de Noël à poser près du sapin ou encore des décorations pour bûches et gâteaux.

En Alsace, le cœur, symbole protecteur très présent sur tout le territoire, se décline lui aussi en décoration pour le sapin. En bois et tissus, bois teinté ou encore bois ajouré, il y a du choix chez Au p’tit bonheur. On y trouve également des suspensions en forme d’animaux, de sapin ou encore de personnages de la crèche. Mention spéciale pour le bretzel, qui ravira les plus gourmands !

Miwitipee (Lien externe)
Au p'tit bonheur (Lien externe)

Sculpter les santons

Une fois le sapin décoré, on s’attelle à la crèche, cette saynète reconstituant la nativité à l’aide de santons. Ces personnages en terre cuite sont traditionnellement fabriqués à la main par des santonniers en Provence, dont ils sont l’un des emblèmes. La vie du santon commence par la réalisation d’une silhouette en argile, qui sert ensuite à la création du moule. De nombreuses étapes et une très grande minutie sont ensuite nécessaires afin de donner naissance à un sujet : le moulage, le séchage, les retouches, la cuisson puis enfin la décoration.

Si les santons les plus connus sont ceux de la Nativité (la Sainte Famille, les Rois Mages ou encore l’Ange Gabriel), on trouve aujourd’hui de quoi reconstituer un véritable village provençal typique : marchandes en tout genre, bergers, arlésiennes, boulangers, paysan, curé, sans oublier l’incontournable "ravi". Chaque année, on agrandit sa collection lors des foires au santon, dont la doyenne, celle de Marseille, existe depuis plus de 200 ans !

Foire aux santons de Marseille (Lien externe)

Sublimer les épices

Voilà une tradition qui nous vient de l’est de la France, et plus particulièrement d’Alsace. À l’approche des fêtes de fin d’année, l’odeur caractéristique des épices mélangées au miel embaume les rues des villes et villages alsaciens. En forme de cœur, de bonhomme ou de pain à partager, chaque pâtissier y va de sa touche personnelle pour rendre sa création unique.

Chez Mireille Oster, où le pain d’épices est un savoir-faire familial qui traverse les générations depuis les années 1930, on travaille des épices mais également des ingrédients inédits venus des quatre coins du monde, tels que les baies de goji, les dattes ou encore le gingembre.

Du côté des cuisines de Christophe Felder, on insiste sur l’importance des épices, que le chef pâtissier n’hésite pas à aller chercher à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres de son Alsace natale.

Mireille Oster (Lien externe)
Christophe Felder (Lien externe)

Tresser des couronnes

Tout comme décorer le sapin, accrocher la couronne de Noël sur la porte ou au-dessus de la cheminée sonne le début de la période magique des fêtes de fin d’année. Mais d’où vient cette tradition ? À l’origine, la couronne formée de branches de sapin et de décorations comportait également quatre bougies représentant les quatre semaines précédant Noël, la période de l’Avent.

Aujourd’hui, des créateurs revisitent cette tradition des couronnes de Noël. En Normandie, dans le Pays d’Auge, Escapade Champêtre a fait des créations en fleurs séchées sa spécialité. À l’occasion des fêtes de fin d’année, la créatrice compose des couronnes mêlant immortelle, pommes de pin, feuillage stabilisé ou encore graminées sauvages dans des tons de rouge, vert et blanc. Une couronne qui continuera à orner le salon bien après les fêtes !

Escapade Champêtre (Lien externe)

Magnifier l'amande

Fruits secs, amandes, agrumes, fruits frais et confits, nougats… On ne se fait pas prier pour suivre la tradition provençale des 13 desserts ! Aux côtés de ces douceurs, on se régale de calissons, une autre spécialité provençale dont le savoir-faire remonterait au XVe siècle. La confiserie du Roy René, à Aix-en-Provence, perpétue cette tradition ancestrale avec ses calissons classiques, à l’amande et aux fruits confits, jaune laqué de blanc. Pour égayer sa table de fête, on se laisse tenter par les déclinaisons colorées aux parfums originaux : fraise-basilic, chocolat-noisette ou encore clémentine-cacao.

Calissons du Roy René (Lien externe)

Aller
plus loin