Tourisme de shopping

Tourisme de shopping

Un phénomène qui ne faiblit pas malgré l’introduction d’un taux plancher par la Banque Nationale Suisse entre l’euro et le franc. Malgré une baisse des prix constatée d’environ 3% en 2012, le tourisme de shopping a encore de beaux jours et coûte d’après Crédit Suisse entre 5 et 6 milliards de francs suisses de chiffres d’affaires aux commerces helvétiques. L’Allemagne et la France, grâce à leur proximité géographique, bénéficient ainsi du comportement du consommateur suisse plus enclin à privilégier les bonnes affaires en euro qu’au « consommer suisse ».