Nice : Des secrets distillés en pleine lumière

Nice : Des secrets distillés en pleine lumière nice fr

Et dire que c’était un modeste sentier de moins de deux mètres de large construit par un Anglais, Lewis Way ! On l’a donc appelé le chemin des Anglais. Il s’est agrandi au point de faire chavirer l’esprit, et peut-être le coeur, de ceux qui se promènent sur la Prom’, la Promenade des Anglais. Tout commence par des anecdotes. Ce serait à midi, à l’heure du coup de canon quotidien. Oh, rien à voir avec l’heure de l’apéro. Sir Thomas Coventry- More passait l’hiver à Nice en 1861. Ce personnage a donc fait installer un canon sur la colline du Château pour respecter la tradition militaire du «coup de midi». Et pour que son épouse n’oublie pas de préparer le déjeuner ! Ça tonne encore tous les jours. Nice aime ainsi cultiver ses secrets et les distiller lors des visites guidées. Et ça doit marcher puisque la cinquième ville de l’Hexagone est la deuxième destination touristique de France avec quatre millions de touristes, dont un million pour le seul Carnaval !  d’Azur des peintres », un dispositif de 90 lutrins a été installé aux endroits où les artistes ont posé leur chevalet. Il en existe 17 à Nice, en lave émaillée. C’est une autre approche de la ville, avec le tableau et les yeux de Dufy quand il peint le marché aux poissons, place Saint-François, ou le mois d’août à Nice vu par Klissac dont l’original est au Musée international d’Art Naïf (au Château Sainte-Hélène, avenue de Fabron). L’art contemporain ? Au MAMAC naturellement : le Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain présente plus de 1200 oeuvres de 314 artistes, dont 200 de Niki de Saint Phalle mises en regard avec des oeuvres de Jean Tinguely. C’est aussi le Musée Chagall et le Musée Matisse dans la villa génoise située au coeur de l’oliveraie des Jardins de Cimiez. Il suffit de se promener le long de la ligne du tram pour découvrir un musée à ciel ouvert. « L’Art dans la ville » expose 216 oeuvres de manière permanente, y compris sur l’élégante place Masséna, joyau niçois avec ses immeubles sur arcades et sa célèbre couleur dite rouge pompéien.
Autres trésors, le Palais Lascaris, unique illustration du baroque civil de la cité et la place Garibaldi, emblématique trait d’union entre le centre moderne et le vieux Nice, celui qu’on arpentera pour ses églises baroques, ses marchés, ses saveurs… et pour la cuisine nissarde. On en oublierait presque que Nice est ville de shopping et que les environs embrassent aussi bien l’arrière-pays des randonnées que Grasse, Eze, Cannes ou Monaco. Tout se termine aussi par une anecdote. Adam et Ève vivaient-ils à Nice ? À l’angle de la rue de la Poissonnerie et du cours Saleya, une maison porte leur nom. Ils y apparaissent nus, dans le jardin d’Eden, de part et d’autre de la fenêtre, chacun avec un gourdin à la main. C’est le seul témoignage des maisons peintes d’autrefois à Nice.

La mise au vert de la Grande Bleue

Promenade. Nice s’est offert un miroir d’eau serti dans 12 hectares de verdure. Nice jouissait déjà d’une solide réputation en matière de fleurissement (label 4 fleurs), tel un jardin ouvert sur la mer. Nouveauté : la promenade du Paillon a été construite au-dessus du lit du torrent Paillon. Cette coulée verte de 12 hectares serpente sur plus d’un kilomètre entre le musée d’Art moderne et d’Art contemporain et la Promenade des Anglais en passant à côté du Théâtre de Verdure. Ce nouveau poumon vert dans le centre-ville est un lieu qui fait de Nice « la Ville verte de la Méditerranée ». Grande vedette de cette promenade du Paillon qui a changé la physionomie de la ville: le plus grand miroir d’eau de France (2800 m²) avec ses 128 jets d’eau et 960 brumisateurs.

Un art de vivre unique au monde

Nice s’amuse. On y compte autant d’occasions de fêtes que de jours de l’année. Les visiteurs profiteront aussi bien d’une soirée à l’Opéra, au Théâtre, au Nice Jazz Festival que d’un événement au Palais des Congrès Acropolis. N’oublions pas la Prom’ Party : la Promenade des Anglais est rendue aux piétons plusieurs soirs de l’été pour un vrai festival à ciel ouvert mêlant concerts, théâtre de rue, Son et Lumières. Cet été, rendez-vous notamment les 14 juillet et 15 août pour des soirées couronnées de feux d’artifice… Ce sont aussi de grands événements sportifs comme le célèbre triathlon Ironman (Nice est le berceau européen du triathlon), ou l’étape française d’Extrême Sailing, une compétition réunissant dans la Baie des Anges les meilleurs équipages de voile au monde. L’art de vivre se pianote également en cuisine étoilée ou très traditionnelle et populaire. La table niçoise reflète la fraîcheur des produits et la notion de bien-être. Cas unique avec Lyon, la cuisine niçoise possède le nom de la ville dans so  appellation. Le label « Cuisine Nissarde, le respect de la tradition », relancé par l’Office du Tourisme, identifie les restaurants qui la proposent selon des recettes authentiques accompagnées de l’huile d’olive niçoise de variété cailletier… et du vin de Bellet (AOC) issu des vignobles des hauteurs de Nice.

Bon à savoir

Comment se rendre à Nice

  • En avion : environ 1heure de vol avec Easyjet ou Swiss depuis Bâle, Genève ou Zurich ; 55 vols hebdomadaires pendant l’hiver, 92 pendant l’été.
  • En voiture : l’itinéraire le plus court et le plus rapide (environ 530 km depuis Genève et 5h 30) passe par le tunnel du Mont-Blanc puis l’Italie. Autoroute A40, tunnel du Mont-Blanc, E25 puis E26 en direction de Vintimille, A8 après la frontière, sortie 55 Nice-Est.
    Autre itinéraire autoroutier par la vallée du Rhône, plus long mais aussi rapide : A41, A 43, A7 et A8, sortie 50 Nice, environ 610 km, 5h 30. En longeant les Alpes, par autoroute et routes, l’itinéraire est plus varié mais il vaut mieux faire une escale : 465 km mais environ 7h de circulation par Grenoble, Sisteron, Château-Arnoux et Grasse. French Riviera Pass : valable pour 24, 48 ou 72 heures, il donne l’accès aux transports publics, bus panoramiques, trains touristiques ou les entrées dans les grands sites de la Côte d’Azur.

Musées gratuits : Les musées municipaux sont gratuits (sauf pour expositions temporaires).


Sources: Alain Bossu

Plus d'informations

A proximité