"Carpeaux - Un sculpteur pour l’Empire" à Paris

Du 24 juin 2014 au 28 septembre 2014
  • Au musée des Beaux-Arts Jules Chéret de Nice (Alpes-Maritimes), le Triomphe de Flore par Jean-Baptiste Carpeaux, version en plâtre de 1873

    Au musée des Beaux-Arts Jules Chéret de Nice (Alpes-Maritimes), le Triomphe de Flore par Jean-Baptiste Carpeaux, version en plâtre de 1873

    © WikimediaCommons/Finoskov

  • A detail from a repica of "La Danse" by Jean-Baptiste Carpeaux at Orsay Museum, Paris

    A detail from a repica of "La Danse" by Jean-Baptiste Carpeaux at Orsay Museum, Paris

    © WikimediaCommons/Yair-haklai

  • La jeune fille à la coquille, bronze, par Jean-Baptiste Carpeaux (Valenciennes 1827-Courbevoie 1875). Cette statue est le pendant,réalisé ensuite, du Pêcheur à la coquille; le visage est celui d'Anna Foucart. Musée des Beaux-Arts de Cambrai.

    La jeune fille à la coquille, bronze, par Jean-Baptiste Carpeaux (Valenciennes 1827-Courbevoie 1875). Cette statue est le pendant,réalisé ensuite, du Pêcheur à la coquille; le visage est celui d'Anna Foucart. Musée des Beaux-Arts de Cambrai.

    © WikimediaCommons/Vassil

"Carpeaux - Un sculpteur pour l’Empire" à Paris rue de la Légion d'Honneur 75007 Paris fr

Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875), l’une des plus parfaites incarnations de l’idée romantique de l’artiste maudit.

Par la brièveté et la fulgurance de sa carrière, concentrée sur une quinzaine d’années, se construisit un destin d’exception étroitement lié au règne de Napoléon III.

Une première rétrospective

Cette exposition est la première rétrospective consacrée à l’ensemble de la production de Carpeaux, sculpteur, peintre et dessinateur, depuis celle présentée aux Galeries Nationales du Grand Palais en 1975, et se propose d’explorer l’œuvre d’une figure majeure de la sculpture française de la deuxième moitié du XIXe siècle, qui selon l’un de ses modèles, Alexandre Dumas, faisait "plus vivant que la vie".

L’exposition, chronothématique, comprenant 85 sculptures, une vingtaine de peintures et une soixantaine de dessins, s’articule autour de dix sections, permettant de comprendre comment ce talent inquiet va osciller sans cesse entre énergie vitale et inspiration tragique et angoissée.

L’accent sera mis sur les groupes majeurs réalisés par Carpeaux, traités en dossiers rassemblant l’ensemble des étapes de la conception de l’œuvre : Pêcheur à la coquille, Ugolin, le Prince impérial, La Danse, la Fontaine de l’Observatoire.

Les œuvres témoignant de la "fête impériale", croquis, peintures de bals à la cour, portraits ambitieux et élégants constitueront le contrepoint au côté sombre, torturé, de l’inspiration intime de Carpeaux.

Présentées au musée d’Orsay autour des grands modèles originaux, les esquisses virtuoses en terre cuite ou en plâtre vont permettre de réaliser le chemin ardu entre la conception fiévreuse d’une idée et la réalisation finale, au plus près de la main d’un des plus grands sculpteurs français du XIXe siècle.

A Voir

Agenda

A proximité