Rendez-vous au Fort de Vaux

  • Fort de Vaux

    Fort de Vaux

    © CRT Lorraine/Michel PETIT

  • Fort de Vaux

    Fort de Vaux

    © CRT Lorraine/Ben MANKIN

  • Vaux devant Damloup

    Vaux devant Damloup

    © B. Mankin-Frenchentrée/CRT Lorraine

  • Fort de Vaux

    Fort de Vaux

    © CRT Lorraine

Rendez-vous au Fort de Vaux 55400 VAUX-DEVANT-DAMLOUP fr

La construction du fort commence vers 1881 et dure jusqu’en 1884. Il est constamment rénové et amélioré jusqu’au commencement de la Grande Guerre.

A partir du 9 août 1915, le fort est désarmé, la garnison est réduite, les canons des casemates sont enlevés et le fort ne subit que très peu de dommages.

Mais, le 21 février 1916 tout change : les Allemands attaquent.

Pour éviter la perte du Fort de Vaux après celle du fort de Douaumont, l’état-major envoie une garnison de 279 hommes en renfort.
Les Allemands veulent prendre le fort et les bombardements sont violents.

Durant 4 mois, l'avance allemande se fera lentement, au prix de nombreuses vies humaines.
Le 1er juin 1916, les Allemands lancent une attaque. Rapidement, les unités qui défendent l’extérieur du fort sont décimées et obligées de se replier. L'agonie du fort de Vaux commence.

La garnison va opposer une farouche et héroïque résistance. Attaquée de toute part, elle combat pour chaque pouce de couloir, pour chaque mètre de gaine où s’infiltrent les troupes d’assauts allemandes. Celles-ci attaquent aux lance-flammes, à la grenade, aux gaz... Les combats au corps à corps à l’intérieur du fort sont d’une violence inouïe.

Sans soutien extérieur, manquant de nourriture, d’eau et bientôt de munitions, le 7 juin 1916 au matin, le fort succombe. La soif aura eu raison des valaureux combattants qui se rendent sous les honneurs des soldats allemands.


Le 2 novembre 1916, les troupes françaises reprennent le fort aux Allemands

Assiégé par l’armée allemande, ce fort de type Séré de Rivière, ne se livra qu’après 7 jours d’une résistance remarquable. Ses défenseurs à bout de force et sans espoir d’être dégagés, reçurent les honneurs militaires des allemands lors de la reddition du 7 juin 1916.

Il représente aujourd’hui le symbole de l’héroïsme des soldats français lors de la bataille de 1916, épopée du Commandant Raynal et de son dernier pigeon voyageur. À découvrir : le poste de commandement, l’infirmerie, le poste de télécommunication, le pigeonnier, la casemate de Bourges avec ses deux canons 75…

Plus d'informations

A Voir

A proximité