L'Abbaye d’Ourscamp

  • Abbaye de Chiry-Ourscamp

    © Veronique Marty/Oise Tourisme

    Abbaye de Chiry-Ourscamp

    © Veronique Marty/Oise Tourisme

  • Abbaye de Chiry-Ourscamp

    © CRT Picardie / Comdesimages

    Abbaye de Chiry-Ourscamp

    © CRT Picardie / Comdesimages

  • Abbaye de Chiry-Ourscamp

    © Veronique Marty/Oise Tourisme

    Abbaye de Chiry-Ourscamp

    © Veronique Marty/Oise Tourisme

L'Abbaye d’Ourscamp 1 Place Saint-Eloi 60138 fr

 

De cette abbaye du XIIe siècle, occupée par les Allemands et bombardée par les Français en 1915, il ne reste que des ruines tendues vers le ciel. D’une beauté à couper le souffle, le site entraîne le visiteur au fil d’un long parcours historique. Construite au XIIe siècle, l’abbaye s’est appuyée sur une première pierre posée en 641 par le futur saint Éloi, conseiller du roi Dagobert. On raconte même qu’il avait dompté un ours, fort utile aux gros travaux : d’où le nom d’Ourscamp… 

 

Les siècles et les guerres ont façonné le lieu, pillé pendant la guerre de Cent Ans, en partie reconstruit à la fin du XVIe siècle, revendu après la Révolution française, transformé en hôpital, en manufacture de coton (l’une des plus belles de France), puis occupé à partir du 31 août 1914.

 

Durant la Première Guerre mondiale les Allemands y cantonnent des stocks d'essence et de munitions, et s’y reposent : le site est à 2 km de la première ligne allemande. Les Français bombarderont cette position en 1915, il ne restera alors que des ruines. Après la fin du conflit, la filature ne sera pas reconstruite. L’abbaye reprendra vie en 1941, grâce à l’arrivée de religieux qui s'y trouvent encore et ont très largement ouvert le lieu au public.